Autre,  Témoignage,  Vie d'entreprise

Eloge de la paresse artisanale : pourquoi être fainéant est idéal quand on est artisan.

Diffusez l'amour de ce blog et partagez librement cet article

QUOI ? MOI ? Paresseux? !

 

JAMAIS ! Tu m’entends? !

 

Aaaah je les entends déjà tous ceux qui s’enorgueillissent de travailler 90H/semaine, la fierté de faire partie de ceux “qui savent” ce que c’est de bosser bien ancrée dans leurs habitudes et leurs têtes.

D’ailleurs on a vu ça et là fleurir sur Facebook et autres des T-shirts reprenant des slogans du type :

“Je suis { Ta profession (boucher, boulanger, restaurateur, coiffeur,…)} et je ne m’arrête pas quand c’est l’heure mais quand le travail est fini!”

L’éloge de celui qui bosse plus que les autres est de bon ton et pourtant je propose ici un autre regard.

Alors si tu es de ceux qui bossent pour bosser et qui répugnent la moindre évocation de la fainéantise je te conseille de lire cet article même s’il fait un peu mal aux dents.

Et si tu regardes avec des yeux un peu plus tranquilles la suite alors tu comprendras qu’être fainéant parfois a de grandes qualités !

La paresse bien utilisée et l’histoire de Cédric, c’est moi, en filigrane

paresse artisanale

Le patron ne fait rien !

J’avoue !

Je me lasse extrêmement vite des choses dès l’instant que je les connais et les maîtrises.

Même lorsque j’avais mon commerce, une fois le challenge passé de la nouveauté, l’ennuie arrivait vite.

Pourtant ce n’est pas faute d’avoir fait énormément de choses, t’as qu’à voir, mon dernier magasin faisait 600m2 , entre 600 et 1000 clients/semaine (sur 5 jours) et nous passions le millions d’€ de CA plutôt largement.

Pourtant, une fois que tout a été créé, que les procédures de travail ont été mises en place et réglées alors voilà l’ennui qui arrive.

Mais quel rapport avec la paresse ?

Et bien c’est simple, je faisais tout pour finir mon taf rapidos, pour régler parfaitement ce qui devait l’être et ainsi je pouvais enfin vaquer à autre chose…

Ces autres choses n’étaient en apparence pas du boulot à proprement parler.

Je me baladais dans les autres magasins, flânais sur internet, cherchais des challenges, jouais au baby-foot, …bref…à me regarder, un observateur aurait dit : “ Il n’en fout pas une celui la !”

 

A quoi sert la paresse?

Lorsque j’avais mon 1er magasin à Genève, à 26 ans, une de mes clientes très élégante et à la carrière incroyable me disait être fainéante !

Son idée de base était qu’un paresseux fait toujours tout pour être très efficace afin de terminer vite son travail pour pouvoir ensuite faire ce qui lui fait plaisir ! 

La voila la clef de voûte de cette théorie que j’ai mise en pratique :

La fainéantise oblige le paresseux à être meilleur et plus efficace que les autres !  

En effet le fainéant n’en est pas moins consciencieux et professionnel.

Les deux s’associent très bien d’ailleurs.

Voila donc à quoi sert la paresse mais ….pas que.

 

En permettant au paresseux de se vider la tête ou de faire autre chose sans rapport avec son travail, la paresse permet au cerveau de faire des liens inattendus et ainsi le paresseux devient plus créatif.

Le repos engendré permet aussi d’être toujours efficace et alerte au travail.

Moins robotisé, moins travailleur automatique, plus intelligent dans son approche car reposé et prenant le temps de réfléchir.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Podcast : Zoé Henry le créateur des Garçons bouchers , le groupe Facebook

(Un blog pour les commerçants? pour qui? pour quoi faire? )

Le paresseux délègue très bien

Logique non ?

Et c’est un super atout ! Le paresseux, souvent, est un bon manager car il n’a pas envie de faire le travail des autres !

Lorsque je coache des artisans je leur dis souvent qu’ils ne sont pas assez paresseux pour faire cartonner leur commerce !

En effet , seul, on ne peut pas en faire plus que possible.

Dès l’instant qu’on embauche ou qu’on travaille à plusieurs alors il devient possible de grandir, grossir, faire de meilleures affaires et finalement….travailler moins mais MIEUX ! 

paresse

Ne pas opposer paresse et travail

Comment j’ai fait boucher par paresse

Au final pourquoi opposer ces deux idées?

Un bon paresseux est très souvent un grand travailleur.

J’ai choisi de commencer, à 16 ans, la boucherie.

Métier difficile ou l’on travaille énormément.

Pourtant je l’ai choisi ….par paresse….

L’école pour moi était facile, on ne demande aux élèves que d’avoir bonne mémoire au fond donc pas bien compliqué mais ennuyeux au possible, et je m’y emmerdais ferme.

Chez les jésuites dans une “très bonne école”, on nous demandait de recracher du par coeur…wow…inintéressant pour un cerveau ayant besoin d’ébullition et de challenge comme ceux des enfants/ado.

Pendant l’été, les weekends, les vacances, je travaillais à fabriquer des saucisses-merguez, des rôtis de dinde, …chez mes parents bouchers.

L’ambiance des labos était géniale et j’y riais beaucoup pendant que je travaillais dur.

Et quand à 15 ans on doit choisir une voie….j’ai choisi boucherie car je m’y amusais bien et que j’avais facilement le patron.

Le choix entre l’ennui ou la joie rigolarde et franchouillarde a été facile pour moi qui disait depuis des années ” NON je ne ferais pas comme mon père!”

Les profs dirent ” Cédric gâche ses capacités!” ….aarrrghhh la bande de nazes ! Comme si choisir un métier “manuel” était du gâchis?!

La paresse au secours du cerveau

Un métier manuel donc serait sans intelligence.

Dur à dire mais dans les premiers temps au CFA on se rend compte de la médiocrité du niveau général et d’un coup cette affirmation sur les métiers manuels devient réelle.

Je déchante quand je vois qu’en math on revoit la multiplication, la division,….qu’en français les bases de CP-CE1 ne sont pas acquises pour tout le monde….OUILLE

Pourtant à l’intérieur des métiers voila que se profile la technologie.

Il n’y a donc pas de sot métier ! Car la technique et les connaissances nécessaires à exercer parfaitement et intelligemment un métier sont énooormes!

Bien sûr une majorité de gens des métiers ne fera que survoler tout cela en se contentant d’une petite base suffisante.

Le paresseux , en bon optimisateur , fera plutôt en sorte d’en connaître un maximum pour pouvoir gagner du temps.

Voila pourquoi la paresse vient au secours du cerveau gourmand : elle oblige le fainéant à en savoir plus pour pouvoir optimiser..

Et quand on en sait plus, on finit par diriger une équipe et ainsi ….pouvoir se dégager du temps pour ….paresser et faire partir son cerveau vers une créativité nourrissante qui finira par permettre d’innover et donc de se différencier des concurrents et ainsi permettre aux affaires de mieux marcher.

Voila pourquoi ne pas opposer paresse et travail est essentiel.

L’un sert l’autre ! 

Lire l’article Wikipédia : “le droit à la paresse”

LIRE : En philosophie aussi on se pose la question : ” la paresse est elle nécessaire?”

Conseil pour finir

Allez tu le vois venir le conseil que contient cet article.

Permets-toi d’être paresseux!

Ça te donnera l’occasion de sortir la tête du guidon et de voir des solutions géniales à des problèmes récurrents.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Formation en ligne pour commerçants et artisans: Possible?

Ça donne l’occasion de souffler et de revenir en force ensuite.

C’est bon pour conserver la santé, l’entrain et le plaisir à travailler.

 

Et si la vraie paresse était de se contenter toute sa vie de travailler en n’apprenant plus rien? de se satisfaire de peu ? De bosser comme pendant des heures sans trop réfléchir parce que “c’est come ça”? …La paresse intellectuelle est souvent plus présente que celle des bras car plus facile et bien cachée….

ET TOI ? Oses-tu ta paresse? 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

  • Gladys

    Je n’ai pas su résister à la curiosité que m’a inspiré le titre et je le ne regrette pas. Merci pour cet article qui traite avec beaucoup d’humour un sujet original. Je vais maintenant faire preuve de paresse en ne finissant pas ce commentaire 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :