Témoignage,  Vie d'entreprise

Le fleuriste coiffeur ouvre un rayon viande , vin et poisson.

Diffusez l'amour de ce blog et partagez librement cet article

Découvrez l’histoire fabuleuse de Jacques , fleuriste , coiffeur , boucher et poissonnier ! Il a sauvé son village du désert commerçant.

 

Jacques est fleuriste à Saint Germain en Raie dans le Lotte .

Son village de 45 habitants se meurt comme tant d’autres en France et a du être rattaché à la commune voisine de Manta en Raie afin de ne pas mourir .

Voyant les commerçants déserter les uns après les autres notre vaillant fleuriste de 37 ans a pris le taureau par les cornes .

Son histoire l’emmène ainsi vers un succès qui , aujourd’hui particulièrement ,  le dépasse totalement.

fleuriste coiffeur poissonnier boucher

1 – Mon village décrépit

L’exode rurale dans cette partie du territoire n’est plus à démontrer et un p’tit vieux barbue assis sur sa chaise , Mr Quinre , nous confirme :

Dans les années 70  “Saint Ger Raie” comme on l’appelle ici comptait plus de 1000 habitants !

C’est simple , la rue principale ressemblait à un banc de poissons quand l’heure de pointe arrivait.

C’était presque les Champs Elysées !

En effet l’Ansee nous apprend qu’en 1972 au dernier recensement on pouvait dénombrer précisément 1028 heureux habitants d’une commune dynamique.

18 commerces faisaient le bonheur de chacun et les commerçants se démenaient pour offrir les meilleurs produits.

Mais cette époque révolue à fait place à une sorte de mer morte ou plus rien ne vit .

fleuriste coiffeur poissonnier boucher

2 – Jacques le fou s’installe

Histoire de famille

Jacques le fou , c’est toujours comme ça que le village l’a appelé et connu.

En effet Jacques est né au tout début de l’année 1984 , en mars , et sa maman la malheureuse est morte en couche.

La famille de Jacques était constitué de fiers marins pêcheurs depuis plusieurs générations .

Le chalutier familiale était un fleuron de la pêcherie Lottaise et leur grande spécialité était d’aller “cueillir” les saumons d’élevages échappés des industries directement dans l’estuaire du Rhin d’où ils remontaient.

Ces saumons avaient la particularité qu’ont tous les animaux que l’on sauve d’un refuge.

Reconnaissants et fidèles ils allaient directement au fumoir sans même qu’on ne les obligent afin de se faire bronzer la chair et de partir vers les plus grandes tables d’Europe se faire cuisiner avec délice.

Un peu loufoque

Jacques a donc été élevé par une tante car son père , en bon patron de pêche ,  n’était que peu présent.

Sa tata Jojo (Josette )  était une femme aux allures sympathique et sentait la rose : normal elle était la fleuriste du village.

Ainsi notre Jacques , un peu simplet il faut bien le dire , a toujours trainé sa bonne truffe au milieu des fleurs et plantes de tata Jojo.

Elle disait de lui :

Il est gentil , il m’aide bien même s’il ne comprend jamais rien .

Ca fera un beau garçon si les p’tits cochons ne le mangent pas !

En effet le Jacques était un peu “attardé” comme on disait alors mais il avait un caractère naturellement heureux et très travailleur.

Tous les coups de main demandés recevaient forcément un grand OUI généreux que sa bouche pleine de trous béants se plaisait à balbutier.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Peut on réussir en étant gentil ?

L’installation

Jacques fut sous tutelle de Tata Jojo jusqu’à ses 20 ans .

Son capitaine de père fut emmené quelques années plus tôt par les grands froids du nord.

En effet en excursion à coté de Calais il construisit un igloo ( son acolyte et employé voulait faire une photo du “Cap’tain Igloo” pour la blague ) sur la banquise du milieu de l’hiver .

Le réchauffement climatique aura eu raison de lui car un pas de trop sur la glace lui fut fatal et ne sachant pas nager comme tout marin qui se respecte il fut englouti dans les flots ayant laissé sa place , en gentleman , sur une planche en bois flotté  sur laquelle s’était accrochée une jeune fille , Rose , elle aussi emportée par la rupture de glace.

Jacques était donc seul avec sa tatie .

Celle ci lui proposa de reprendre le magasin .

Aucune hésitation de Jacques qui acheta , grâce à la fortune de son père et des assurances touchées ,  la petite échoppe un peu désuète de son enfance.

Le voila patron dans un village ou désormais les clients fuyait : courage !


Découvrez ici l’histoire vraie de Max le fleuriste STAR et artiste  au milliers de followers


fleuriste coiffeur poissonnier boucher boucher

3 – Les difficultés commencent mais Jacques tient la barre

La coiffure en sauveuse

Tata Jojo était partie prendre une retraite plus douce au sud du Portugal .

Sa “réussite commerciale ” lui avait donc permis de s’acheter une jolie maison blanche “un peu comme dans les films”‘ au milieu d’un golf 18 trous.

Jacques était le bienvenu bien sur mais ses affaires tournaient mal .

C’est alors que la coiffeuse voisine , madame Colin , décida à son tour qu’elle ne pouvait plus rester pour quelques mamies aux cheveux jaunes ou bleus.

Jacques vit la l’opportunité et demanda à Mme Colin de lui enseigner la coiffure.

6 mois plus tard Jacques jouait du ciseau comme un pro  : la coiffeuse pouvait repartir en ayant pris soin de vendre son fond à notre Jacques , désormais le Nabab de tout “StGerRaie”

Coup dur après coup dur

2 commerces en 1 , Jacques fait tomber les cloisons et invente le 1er fleuriste coiffeur.

Les clientes venant se faire coiffer sont ravies de s’immerger dans cet endroit enchanteur et Jacques , en beau garçon ,  sait réellement y faire , servant un café ou une tisane , glissant d’un coté à l’autre comme une phoque sur la banquise .

Il se sentait comme un poisson dans l’eau mais pourtant ses affaires glissaient,  elles aussi ,  vers les abîmes comptables .

Les clientes un peu trop âgées en effet décédaient les unes après les autres , leurs maris étant tous chauves et n’avaient besoin que d’un coté de la boutique à la Saint Valentin .

La Covid 19 arriva dans ce marasme et emporta avec elle les derniers pensionnaires des “Chalut la compagnie ”  , la maison de retraite voisine.

Le marché s’arrête

La Covid entraine aussi l’arrêt momentané des marchés de la région.

Il croise les quelques clients venant des villages voisins et tous se plaignent de cette malnutrition qui les guette.

Chacun a replanté des pommes de terre , des topinambours et des rutabaga mais les carences en fer et protéines sont la et le docteur Baliste n’en finissait plus de conseiller de manger une tranche de foie de veau à ses patients manquants .

Le village  déjà un peu gris par son histoire le devient encore plus par la couleur de ses habitants .

Jacques en bon joyeux optimiste et simplet cherche des solutions .

Il repense à son papa lorsqu’il levait les filets d’anguille et qu’il vidait les bulots pour en faire de magnifiques escalopes de 250 grammes , charnues et gouteuse.

Après tout il lui avait tout appris.


Découvrez ici une boucherie 3.0 , pro du marketing et de la communication qui fait affluer les clients : John Gillot et la boucherie moderne


poisson d'avril

4 – Les solutions : enfin

Il récupère une petite vitrine réfrigérée mobile de marché puis file à la mairie pour que Mr le maire l’aide simplement en lui mettant à disposition le local jouxtant le salon de coiffure.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Poissonnier 2.0 : voici Sandy la YouTubeuse

Mr Mérou est maire depuis 27 ans et ne peut rien refuser à Jacques qu’il a vu grandir et s’échouer si souvent sur les bancs devant la mairie.

C’est décidé  , Jacques appelle le poissonnier des marchés et celui ci l’aide en lui vendant la liste de ses meilleurs fournisseurs .

Le boucher entend également parler de ce fleuriste coiffeur qui ouvre une poissonnerie et passe voir Jacques.

Charmé par l’heureux personnage il comprend qu’en l’aidant un peu Jacques pourrait aussi enrichir son magasin d’un nouvel espace viande.

Ouverture en grande pompe

Jacques ne fait pas que jouer du trombone dans la fanfare depuis 25 ans .

Il est aussi amoureux de Nadège , ancienne majorette s’occupant d’entrainer les nouvelles recrues .

Nadège est drôlement belle mais il n’a jamais osé rien lui demander pourtant ils se connaissent depuis la maternelle.

C’est pas grave ce coup ci ! il a besoin d’elle !

Nadège est adjointe en fonction à la région et il le sait elle connait plein de monde !…

Il met son uniforme vert de la fanfare , prend son courage à 2 mains et lui demande de l’aider.

Pro des réseaux sociaux elle a toujours été attendrie par ce beau Jacques un peu béta mais si doux et agréable.

Son mariage à elle est un fiasco et elle s’est réfugiée dans le travail à outrance pour oublier qu’à son sens elle loupait un peu sa vie.

3 enfants dont 2 sont complètement idiots , des beaux parents qu’elle a toujours sur le dos , Nadège fume et , dans la fumée de sa Gitane , elle décide de donner un coup de main à son ami Jacques..

Elle fait la pub de Jacques et celui ci passe carrément dans le JT de JP Pernod sur TF1 !

Fleuriste coiffeur poissonnier boucher : Surchargé de travail

Jacques est heureux et surchargé de travail depuis le reportage .

Il a embauché le boucher et le poissonnier et les appelle même “Cetautomatix” et ” Ordralphabétix” comme les artisans dans Astérix.

Un coiffeur lui prête main forte pour gérer les clients de tous les villages alentours et il s’occupe lui même des fleurs , sa passion.

Sa vie a pris un tournant fou car Nadège , fraichement divorcée ,  l’a demandé en mariage.

Il a dit oui entre 2 citrons du rayon poisson d’ Ordralphabétix .

fanfare de légumes

5 -Fleuriste coiffeur poissonnier boucher : Epilogue

Pour voir Jacques le fleuriste , coiffeur , boucher et poissonnier aujourd’hui vous pouvez simplement allez dans votre poissonnerie .

Article  frais comme un poisson d’avril !

 

Vous avez rigolé ? PARTAGEZ et faites en profiter quelqu’un d’autre !

👇👇👇  Allez lâchez vous en commentaire ! 👇👇👇

 

Fleuriste , coiffeur , boucher et poissonnier : un article servi frais et avec le sourire !

Fleuriste , coiffeur , boucher et poissonnier : un article servi frais et avec le sourire !

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  • Efi

    Énoooorme j’ai trop adoré ! T’as eu une superbe idée ! Dis toi que ce genre de profil existe bel et bien dans la vraie vie. Mdrrr exemple mon père qui est en indonésie, il avait un commerce où il vendait des sacs, telephone portable et faisait resto en meme temps et vendait des glaces mdr

    Efi

  • Nico06

    Ahah !! J’avoue je n’ai cessé de lire l’article en me demandant “c’est pas possible ?!”… “C’est dingue !”… Bien joué, car si je suis allé au bout c’est que j’ai été captivé 🙂

  • Aline

    Génial ce poisson d’avril! super histoire! j’ai adoré! Et Jacques est un personnage super attachant! Très bon moment de lecture!

  • Laurent Absolonne

    Génial, j’ai bien accroché et ça m’a bien fait rigoler. Belle imagination, ça fait du bien de lire ce texte évadent.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :