Autre

Mes méthodes pour faire cartonner un commerce.

Diffusez l'amour de ce blog et partagez librement cet article

Faire cartonner un commerce et devenir un commerçant accompli et heureux, voilà le Graal promis ici.

L’objectif unique d’un commerçant est de gagner sa vie grâce à son métier n’est ce pas?

Pas besoin de détailler les raisons profondes du besoin de gagner sa vie et de se sentir bien dans sa profession.

Que tu sois patron ou employé c’est le but commun.

Les patrons collectionneront les soucis et les inquiétudes des moments calmes, des trésoreries qui baissent, des clients en moins qu’on ne voit plus,…

Les employés auront à cœur de se sentir bien dans leur job pour tout un tas de raisons personnelles propres à chacun.

 

MAIS ALORS ?

Peut-on imaginer une méthode complète permettant de garantir la réussite d’un commerce ou en tout cas donnant les clefs pour être sûr de faire tout ce qu’il faut pour y arriver?

Comment se fait-il que certains réussissent à cartonner alors que d’autres végètent et ne font que du “p’tit commerce” souvent trop difficile et bouffant la vie?

Comment avoir plus de clients, donc plus de sous, plus de confort de travail et de vie, plus de sécurité dans son job et son entreprise tout en n’y sacrifiant pas son existence?

 

D’ou viennent les problèmes et pourquoi n’arrive-t-on pas toujours à atteindre les objectifs en commerce de proximité?

1-Du système scolaire à un métier : faire avancer le mammouth

Il faut dégraisser le mammouth 

Claude Allègre, ex-ministre de l’éducation nationale et pédagogue.

Je croise des artisans commerçants toute l’année et j’en suis un moi-même.

Le point commun le plus fréquent est que pour nous l’école n’était pas un endroit magique et fabuleux.

Lorsque j’ai commencé la boucherie à 16 ans on nous appelait les ” BAC-12″ et 100% des élèves de CFA connaissent cette souffrance de devoir dire à 14, 15 ou 16 ans qu’ils ne sont plus dans le système scolaire ” normal”.

Pour ma part le collège a été un plaisir.

J’ai beaucoup de facilité à apprendre alors en bon partisan du moindre effort j’avais des astuces pour suivre tranquille et conserver une moyenne suffisante.

Faut dire que peu de prof ou d’instituteurs cherchaient vraiment à donner le goût de leur matière plutôt qu’à enfoncer des connaissances dans le crâne ” prêt à bourrer ” des élèves postindustriels qu’ils avaient devant eux.

Peu de “Mr Keating” du film ” Le cercle des poètes disparus” savent d’abord donner le goût au “pourquoi se cultiver et apprendre plutôt qu’à la connaissance pure et sans intérêt évident ou immédiat.

BREF , le système scolaire est défectueux, ne permet pas la réflexion ni l’épanouissement, félicite ceux pour qui le par cœur est religion plutot qu’intelligence réelle, demande de se taire et d’écouter plutôt que de réfléchir et exlique à ceux qui ne se fondent pas dans le moule que c’est de leur faute ( ou celle des parents, du temps, de la modernité, de…. tout sauf la leur)

Souvent les élèves de CFA ont un fond de rébellion et d’injustice au fond d’eux et il ne faut pas longtemps pour attiser ce feu auprès d’eux.

Le problème ici est que ce rejet subit dès l’enfance se tranforme en aversion totale pour ce qui est d’apprendre des choses nouvelles, de réfléchir et d’appliquer.

A croire que quand on t’a pris pour un con pendant longtemps tu y crois toi-même et tu entretiens tout seul cette idée toute une vie.

Histoire de p’tit Jean, mon ami

Pour exemple, mon meilleur ami a une boucherie-traiteur en Isère.

Il est construit intelligent, respire le commerce à plein poumon, est malin à chaque minute de son existence et réfléchi même la nuit à comment il va s’améliorer le lendemain.

Aujourd’hui ses affaires sont bonnes car imbibées de cette énergie et de cette intelligence au service de ses clients.

Pourtant pendant longtemps il ne se voyait pas comme ce génie commerçant qu’il est et y allant avec gaiété lorsqu’il s’agit de se “réduire” à un mec manuel qui n’aurait pour lui que sa force de travail et sa volonté.

Si tu te reconnais tape #1

Le problème ici est donc….

Tu l’entrevois donc bien.

Souvent le problème des artisans commerçants est de se cacher derrière ce qu’ils ont appris au CFA et en apprentissage et de ne pas bouger une ligne de leurs connaissances croyant par la même qu’elles suffisent.

Le problème est qu’à ne pas continuer d’apprendre on se limite !

Le problème est de ne pas oser apprendre en se considérant comme “insuffisant” intellectuellement.

Nous verrons tout à l’heure comment y remédier mais c’est tout à fait une question d’état d’esprit d’abord.

2 – La formation manquante : l’échec des CFA et du commerce

Nous voilà arrivés au CFA ou autoproclamés commerçant.

(92% des commerçants de proximité n’ont pas fait d’études de commerce : source CCI de l’Est)

Au CFA tu as appris :

 

  • La technique de ton métier ( les gestes, la technologie liée, etc)
  • un peu de droit histoire de ne pas être perdu
  • de la compta ( mais léger léger)
  • un peu de sport et de langues étrangères
  • des Sciences ( enfin vite fait)
  • ….

AUCUN cours de commerce !

Pas un mot sur la publicité, le marketing, les techniques de vente ( a moins que tu aies fait un CAP vente et encore la plupart du temps on y parle de service mais pas de vente) .

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Eloge de la paresse artisanale : pourquoi être fainéant est idéal quand on est artisan.

RIEN sur les clients et comment aller les chercher, leur parler,…

Pas de communication.

Zéro cours de délégation ou de management.

Pas un mot sur ce qui fait mieux marcher un commerce plutôt qu’un autre.

Toujours rien au sujet de ” comment acheter un commerce”, ” comment créer un commerce”, ” comment reprendre un commerce”.

 

Comment ensuite reprocher aux gens de s’acharner au boulot en regardant les difficultés s’accumuler sans savoir comment faire pour se faciliter la vie? 

 

se former en commerce

3 – Pas de mode d’emploi simple à appliquer en commerce de proximité

Devant ses difficultés le commerçant cherche parfois à trouver des solutions.

Souvent on en veut aux clients !

Ils n’y connaissent rien, ils ne comprennent rien, ils achètent de la mer** en supermarché, …

(Les clients ces drôles de gens à lire ici) 

Les fédérations des métiers ne proposent RIEN ou pas grand-chose.

Les chambres des métiers et commerce proposent bien des formations mais uniquement en présentielle, rapide, souvent trop technique et chères (même si elles sont prises en charge)

( Voir ce site du CCI campus d’alsace par exemple)

Les formations proposées sont souvent hypertechniques et compliquées ou simplement pas pratiques à appliquer.

Finalement on ressort avec ce goût amer, toujours le même, qui revient en bouche : ” Je suis nul-le”

👇👇👇  Plus bas nous parlerons de solutions diverses dont une possibilité incroyable pour apprendre et appliquer simplement et efficacement les connaissances nécessaires à un commerçant 2.0.

4 – Le syndrome de l’artisan

Voila une vraie origine des problèmes les plus fréquents chez les artisans commerçants.

On l’appelle ” le syndrome de l’artisan” et il se cache dans l’ombre de chacun d’entre nous.

Cette “maladie” consiste à toujours vouloir tout faire seul !

Voici les symptômes:

  • manque de temps
  • course permanente
  • 90H/semaine
  • Pas ou peu de vacances
  • Que de la technique jamais d’action commerciale
  • Pas de marketing ( c’est caca et j’ai pas le temps)
  • Pas ou peu de délégations ( toute façon si c’est pas moi qui le fait….)
  • Aucune formation nouvelle ( pas l’temps j’t’ai dis)
  • Pas mal d’aigreur et de fatigue au quotidien
  • Ne pas voir ses enfants grandir
  • ETC

En réalité déléguer s’apprend.

En réalité travailler moins pour travailler mieux s’apprend !

Le problème ici est qu’on devient très vite son propre employé que l’on paye mal, à qui on demande tout et même des sacrifices immondes et tout ça avec notre propre accord.

Souvent cette attitude est réellement néfaste MAIS on n’en a pas conscience.

Elle est due à une forme de tradition ou le gros travailleur est forcément mis à l’honneur comme étant quelqu’un de fort et respectable.

Comme l’école nous a cassé, après tout, que reste-t-il d’autre que travailler beaucoup en enfonçant sa tête dans le guidon ?

 

5 – Quand la tradition devient traditionalisme et tend le dos

aaahhhh voila aussi une belle cachette.

Respectons les traditions !! ! !

La tradition c’est important !

Combien de fois ai-je entendu cette phrase fourre-tout !!

En formation je pose toujours une seule question : ” POURQUOI?”

Cherche pas, c’est le plus joli mot de la langue française !

Pourquoi vous faites ça comme ça? ……

ben parce qu’on a appris comme ça, que ça a toujours marché comme ça, que c’est la tradition.

Horreur malheur !

La tradition a bon dos et empêche de réfléchir et de s’améliorer.

Ça revient au même que d’avoir un peu de connaissances et de s’arrêter la par suffisance.

6 – Quand l’artisan ne devient jamais entrepreneur

Voila aussi une limite auto-proclamée.

Un artisan n’a souvent pas un état d’esprit d’entrepreneur.

Un entrepreneur fait en sorte de mener ses affaires afin qu’elles soient rentables et satisfaisantes pour tous : les clients ET l’équipe.

Un artisan se concentre uniquement sur ses gestes et ses produits mais pas assez sur les besoins réels des clients, pas sur sa communication, pas sur la vente ou la promotion de son entreprise.

C’est un technicien à qui il manque un état d’esprit.

Les Anglais appellent ça le “mindset” qu’on peut traduire par ” les outils mentaux”.

Un artisan se plaît à dire :” je suis un petit artisan qui fait de la qualité” comme si un gros commerçant ne pouvait pas lui aussi garantir un niveau de qualité immense.

La qualité serait donc le trophée des petits artisans auquel les autres n’auraient pas accès ! ? !

Croyance limitante énorme qui empêche d’avancer.

Un entrepreneur lui commence par voir tout le travail nécessaire pour obtenir un niveau de chiffre d’affaires lui convenant ET ensuite crée l’équipe qui va atteindre ce volume d’affaire.

Il crée les conditions qui permettent de réussir et n’attendent pas la réussite pour mettre les conditions en face.

L’artisan, habituellement, dit attendre de travailler mieux pour embaucher par exemple.

Pourtant c’est l’inverse qu’il faut faire : Embaucher et déléguer afin de pouvoir faire grossir son business.

Dans toutes les entreprises modernes on trouve d’ailleurs le poste de ” Growth” qui a pour tâche de faire tout ce qu’il faut pour faire grossir et rendre très rentable une entreprise.

Ça va de créer des offres à questionner les clients et dans l’artisanat c’est le VRAI ROLE du patron !

✔Voir ce témoignage édifiant d’un artisan ne voulant pas devenir entrepreneur….

7 – La persévérance engendre la réussite du commerce

Quand je rencontre des artisans commerçants nous parlons toujours en premier de leurs produits, plus rarement de leurs offres et encore moins de ce qui n’a pas marché.

Pourtant réussite comme échec ne sont jamais que des informations comme les autres.

Un échec est l’information qui dit que quelque chose doit être changé .

La réussite l’information qu’il faut continuer ainsi.

ATTENTION pourtant car 2 points sont à comprendre :

  • Avant de déclarer un échec il faut être persévérant
  • Une réussite doit s’accompagner d’une reflection pour la faire grandir

Si on abandonne trop vite un produit ou une offre qui ne marche pas alors on ne lui laisse pas le temps de trouver son public ou de comprendre comment la proposer et la vendre.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Le blog des commerçants : p'tit bilan des 3 mois

Si on s’arrête à ce qui marche sans amélioration alors la lassitude se fera sentir et inévitablement des baisses arriveront.

Dans les deux cas on comprend qu’être entrepreneur c’est être en mouvement, en réflexion permanente et en amélioration constante tout en ayant de la patience.

L’erreur que je rencontre très souvent est ce manque de patience, de test, de démarche un peu maline qui permet de valider ou non une idée en sachant prendre le temps nécessaire.

commerce et traversée du désert

Devenir et être un artisan commerçant qui cartonne : Mes solutions

Pour tous les points vu au-dessus il existe des solutions.

Heureusement tout le monde n’a pas tous ces soucis la ! ( sinon imagine la galère)

Le point commun à tous les problèmes des artisans est dans le manque de formation, de culture d’entreprise et d’état d’esprit.

Difficile de prendre du recul et du temps lorsqu’on est la tête dans le guidon n’est ce pas ?

Se former et appliquer

On n’est jamais assez sachant !

Pour faire marcher un commerce t’as pas le choix, il faut savoir vendre et acheter, il faut savoir afficher, il faut savoir communiquer, analyser sa clientèle, manager une équipe …en 3 mots : Faire du busines

Le souci habituel est que le marketing est vu comme un mot vulgaire par beaucoup de professions….et pourtant la clef est là pour la réussite d’un commerce.

Les formations en ligne sont bientôt disponibles ici…surveille le blog 😉

Tu vas retrouver dans L.E.B.A.C. ( L’Ecole Buissonnière des Artisans Commerçants) tout le nécessaire pour combler ce qu’il te manque.

LEBAC ce sont des formations en ligne courtes, rapides ou il suffit de suivre la méthode et d’appliquer les consignes pour obtenir des résultats.

Com% de pratique / me j’aime qu’on comprenne les principes j’explique aussi un peu de théorie mais uniquement celle qui appuye la pratique:

80 de pratique + 20% de théorie + 10% d’efforts = 110% de résultats ! 

Comme c’est une école buissonnière nous y sommes à la cool en étant sérieux sans se prendre au sérieux !

Le détail de la méthode

Dans chaque formation tu trouves toujours la même structure :

  1. Une intro pour bien piger de quoi on parle, t’accueillir comme il se doit et fixer un objectif précis.
  2. Les pré-requis utiles ou nécessaires afin que tu sois au top
  3. La formation en plusieurs modules ou je t’accompagne pas à pas en vidéo + fiches pratiques afin d’aller ensemble vers ta réussite
  4. Des Cadeaux bonus parce que j’aime bien faire des cadeaux
  5. Une conclusion pour aller encore plus loin au besoin

Idéalement je te demanderais donc, au début, de fixer un objectif malin, atteignable mais ambitieux et qui peut t’amuser autant que te motiver.

Les thèmes abordés

Tout y passe !

Le marketing au sens large mais découpé en morceaux :

  • Pub Facebook/Instagram
  • Affiche vendeuse
  • Pub en magasin ( PLV)
  • Techniques de vente puissantes qui font acheter
  • Créer une newsletter qui fait vendre
  • Technique d’étalage et de mise en scène vendeuse
  • Activer soi même le bouche à oreille
  • Chaine Youtube pour commerçant
  • Animer son site internet et son blog de commerçant
  • Utiliser l’arme des grands marketeurs : le calendrier marketing
  • Le fichier clients ( création, utilisation, développement)
  • Créer des collections éphémères et les vendre
  • Utiliser la technique du lancement orchestré pour vendre énormément en peu de temps
  • Calcul d’un prix de vente à l’élastique ( pour augmenter les marges ET la satisfaction)
  • Le parler client : l’art de se faire parfaitement comprendre
  • La publicité à papa ( 4X3, radio, Journaux, télé, )

Le management :

  • Comment déléguer ( Faire confiance dans le potentiel + procédures automatisées)
  • Management bienveillant et de coeur

Faire grossir son entreprise ( on appelle ça “scaler”)

  • Embauche et délégation
  • Pourquoi et comment grossir sereinement
  • Le 2e magasin
  • Créer / reprendre un commerce : les essentiels
  • Devenir un acheteur hors pair
  • Vendre son commerce : la préparation et la bonne vente
  • Traiter les objections clients et les mécontentements avec brio

…et beaucoup d’autres en projet.

Chaque thême sera parfaitement traité, rapidement et à la fin des formations efficaces vous saurez clairement comment faire pour atteindre les objectifs fixés et pour résoudre vos soucis quotidiens de commerçants.

Pour preuves …

Ne me crois jamais mais teste tout

Mais tu vas me dire : ” Cédric, t’es gentil mais rien ne me prouve que tout ça fonctionnera pour moi !”

Et tu as raison !

Car ce n’est pas pour toi que ça fonctionne mais…pour tout le monde !!

La raison est simple : ici j’aborde chaque problème de front en donnant LA technique ultime et comment s’en servir.

C’est aussi le cas dans tous les articles du blog et avec 6000 visiteurs par mois sur celui-ci et plusieurs centaines de lecteurs de la newsletter qui témoignent de l’aide déjà apporté par les articles imagine une formation ultra-précise sur un point ultra-ciblé!?

De plus je suis formateur depuis 2008 et j’ai aidé des milliers d’artisans à améliorer leur technique et rendre leur quotidien plus simple.

Mon conseil : 

Tu vas être tenté par beaucoup des formations de LEBAC ( L’école Buissonnière des Artisans Commerçants) mais si tu dois commencer par une seule alors fonce vers le calendrier marketing  !

C’est la base de TOUT ! La pierre angulaire qui permettra de bâtir tout le reste avec facilité et intelligence.

On y parle de stratégie marketing avec une facilité déconcertante et  avec un plan construit une fois par an et qui couvre la totalité de l’année !

Et ça fonctionne vraiment dans un vrai commerce ?

OUI  ! Mais pas tout seul naturellement.

Si tu crois aux miracles sans un peu de taf passe ton chemin.

Je ne vends pas du rêve mais la garantie que si tu appliques les méthodologies proposées tu vas clairement prendre un raccourci vers la réussite.

Témoignages

commerce et témpignages

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :