Vie d'entreprise

Peut on réussir en étant gentil ?

Diffusez l'amour de ce blog et partagez librement cet article

Peut-on réussir en étant gentil ?

Dans le commerce de proximité comme ailleurs on parle de réussite à tout va.

Qu’on soit employé ou patron la gentillesse est souvent vue comme une faiblesse .

Elle peut être parfois confondue avec de la mollesse mais pourtant n’en est pas .

Des études nous expliquent que les “non gentils” réussiraient mieux !  mais qu’est ce que l’on considère comme réussite finalement? 

Voyons tout ça en quelques points et par l’exemple de Jules , propriétaire de 2 très gros magasins hyper qualiteux “façon Grand Frais” , que j’ai pu interviewer sur son management dynamique , gentil et juste.

peut-on réussir en étant gentil

1 – Définition de la réussite et de la gentillesse

La réussite

Selon l’usage la réussite se compterait en argent gagné .

La réussite pourtant , c’est vivre la vie que l’on a choisi.

Trouver le bonheur réside dans l’accomplissement de ses attentes.

Le succès s’apparente ainsi à un processus vers la réalisation des désirs.

Réussir, c’est posséder en abondance ce que l’on convoite le plus parait il .

Pour ma part j’ai raconté dans cet article sur le bien être au travail et le management   que malgré l’échec commercial de mon 1er magasin j’avais la fierté d’avoir une sensation de réussite dans le bon travail fait avec l’équipe et que mon management d’après fut parfaitement sympa , dynamique et exigeant grâce à cette expérience.

La gentillesse

Selon la définition « scientifique », être gentil correspond à « agréabilité », autrement dit faire preuve de coopération, flexibilité, tolérance et indulgence.

Etre fiable, travailleur, persévérant, ordonné et se battre pour réussir feraient partie des compétences sociales les plus recherchées par les employeurs d’après les chercheurs de l’université du Minnesota.

Ce sont aussi les qualités qui font d’un patron un meneur agréable , courtois et lui conférant la possibilité d’être exigeant.

2 – Des études montrent qu’il ne FAUT PAS être gentil pour réussir

Oui c’est la que ça fait mal !

Dans une étude très longue de 2001 ,  4 chercheurs américains se sont attachés à observer des employés de diverses entreprises et leur évolution salariale.

Pendant 20 ans ils ont collecté des infos sur 10 000 personnes reprenant leurs évolutions de poste et leur salaire.

On voit un biais ici qui est que le postulat de départ prend le salaire comme unique élément de réussite hors on a vu qu’elle était avant tout un sentiment personnel.

Intitulé «Do Nice Guys Really Finish Last ?» (« Les types sympas finissent-ils vraiment derniers ?»), leur travail ne laisse pas de place au doute concernant le salaire !

Les salariés peu aimables gagnent en moyenne 18% de plus (environ 7.000 €/ an) que leurs collègues plus sympa et gentils.

Etonnamment chez les femmes, cet écart est plus faible ( 1300€ / an )

Cette étude se limite aux employés et ne traite pas des dirigeants.

Michel Edouard Leclerc cite le philosophe André Comte Sponville en disant : ” Le capitalisme n’a pas à être méchant ou gentil”

Selon cette étude donc à la question ” peut-on réussir en étant gentil ? ” la réponse est un grand NON mais vu d’un point de vue très tordu.

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Exploiter la Magie de l'artisanat

Jules : “ mes affaires cartonnent c’est vrai et j’adore ce que je fais . Pour gérer mes équipes c’est ” à la cool hyper exigeant” ça veut dire que je suis sympa , pas prise de tête et que j’attend un résultat au top. 

Quand j’embauche je parle d’abord de l’ambiance , le type que j’embauche ne sera de toute façon pas parfait et on va l’aider à apprendre nos trucs à nous .

Pour moi c’est d’abord une bonne ambiance qui doit régner et c’est parce que je suis gentil et conciliant que ça fonctionne”


peut-on réussir en étant gentil

3 – Alors peut-on réussir en étant gentil ? ou pas ?

Plusieurs questions se posent finalement

  • Etre gentil et se faire respecter est il possible ?
  • Comment être gentil sans être considéré comme faible et prêt à être mangé ?
  • La gentillesse peut elle être une façon de gérer à part entière ?

En réalité être gentil n’est pas être mou .

Oser être gentil est justement tout l’inverse et c’est le sommet absolu de l’estime de soi , de la confiance en soi .

Même pas besoin de passer par la hargne pour oser être soi même !

Ca veut dire que comme souvent il faudra passer par un travail sur soi pour aboutir à cette “agréabilité” .

C’est presque un graal humain d’ailleurs car être gentil c’est avant tout être bien dans sa vie.

La réussite et la gentillesse pourrait même être vues comme les deux faces d’une même pièce.

4- Etre gentil et affirmé : les 8 conseils parfaits

Disons le clairement être gentil est reposant alors voici en 10 conseils quoi faire pour devenir un gentil affirmé

  1. Etre en 1er lieu gentil avec soi même
  2. Ne pas être en attente de retour (la gentillesse est une paix intérieure )
  3. Savoir s’affirmer : un gentil n’est pas effacé devant les autres
  4. Adopter la communication non violente : écouter , rebondir , avoir de l’empathie et affiner ses opinions.
  5. Fixer un cadre : la gentillesse affirmée va avec un cadre bien structuré , c’est ne pas se laisser marcher sur les pieds tout simplement
  6. Savoir dire NON  : la gentillesse n’est pas une acceptation de tout tout le temps
  7. Etre respectueux : la gentillesse se donne avec le respect
  8. Etre à l’écoute : affirmer et peaufiner son empathie , le gentil va bien il peut donc écouter les autres

Jules :” Je suis gentil parce que c’est plus facile à vivre ! J’ai souvent discuté avec des mecs qui sont totalement en stress parce qu’ils n’osent pas déléguer , ils n’osent pas faire confiance aux autres et ils se vexent même si quelqu’un est meilleur qu’eux .

Mon boulot à moi c’est d’abord de tout montrer justement pour que mes employés me surpassent ce qui me permet de tout déléguer avec confiance .

Ca passe par une bienveillance naturelle que j’ai apprise grâce à tous ceux qui ont été bienveillants avec moi”


Gentil

5 – Gentil avec discernement : le retour de la gentilhommerie

Voila la définition parfaite du dirigeant gentil , de l’employé gentil .

Le philosophe Emmanuel Jaffelin dans son ” Petit éloge de la gentillesse” nous donne la route à suivre pour s’apaiser en proposant une solution royale.

La gentillesse héritée du passé peut faire son retour.

Loin de tout cynisme , de toute mièvrerie et encore moins naïve mais totalement altruiste.

Cette gentillesse s’oppose totalement au manager aux dents longues des années 80 – 90 qui étalait son comportement guerrier avec les billets de banque.

Elle porte un nom : la gentilhommerie .

Celle ci est au dela de la gentillesse car elle a les notes de noblesse de la chevalerie du moyen âge.

Voila donc la voie qui fera de nous de meilleurs commerçants : être des gentilhommes que l’on soit homme ou femme 😉

6 – Conclusion ,  livre et vidéo

Peut-on réussir en étant gentil ? ma réponse personnelle à moi est un grand OUI .

Les commerçants qui ont lu cet article adorent aussi lire :   Portrait : John Gillot et la boucherie moderne 3.0

Parce que je l’ai expérimenté et que pourtant on m’a souvent taxé de trop gentil , ne comprenant pas que c’était aussi une gentilhommerie maline .

Pas calculée mais aux résultats vraiment bons au final .

Etre bon , empathique et finalement simplement humble et humain permet de fidéliser une équipe si on la dirige et d’obtenir des gens un travail impliqué.

J’ai croisé beaucoup de patrons aux belles réussites et de tout type : méchant ou gentil.

Leur réussite ne dépendait pas du tout , d’ailleurs , de leur gentillesse mais leur apaisement intérieur et leur stress clairement oui.

Alors choisi ton camp camarade mais la gentillesse n’est définitivement pas un frein à la réussite ! 

 

Cliquez le livre pour l’acheter

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :